Comment se préparer au mieux à une éventuelle agression

 Franck Ropers

Je vous invite à plonger ensemble dans un contexte de Self Défense global. En effet, nous allons aller sur un registre bien différent de la pratique d’arts martiaux en salle, codifiée et aseptisée. Ici, il va être question de survie devant une agression violente pour vous et vos proches et non pas de « confrontation martiale » ou de sport !
Pour être efficace en cas d’agression, il faut déjà maîtriser les techniques applicables réellement en stress, en cas d’agression sérieuse, mais il est aussi indispensable de maîtriser certains paramètres pour y faire face.
En tant que passionné et instructeur professionnel de Self Défense, je suis allé bien au delà des techniques de défense : il me fallait des explications pragmatiques, s’appuyant sur des études scientifiques sérieuses, car comme nous tous, j’ai aussi été confronté à des difficultés liées au stress.
Dans tous les cours privés ou stages de Self Défense et même dans les cours collectifs de Penchak Silat que j’anime, je consacre toujours du temps à ces explications qui vont vous permettre de mieux vous connaître et connaître celui qui vous agresse.

boy-plays-with-gunPosez-vous cette question

Si votre but est d’apprendre à vous défendre, pas seulement étudier un art martial, à quoi bon pratiquer 4 fois par semaine 2 heures pour apprendre des techniques de défense pendant des années, si lors d’une agression vous vous rendez compte que vous ne pouvez les appliquer car vous les avez oubliées (panique) vous ne pouvez lever la jambe (car ce jour là vous êtes vêtu d’une jupe ou en pantalon serré) ou parce ce que vous êtes tétanisé par le STRESS! Mince, j’ai jamais connu ce mal être en salle avec les partenaires !

En cas d’agression, donc en état de stress, le rythme cardiaque augmente considérablement et peut passer de 70 pulsations/minute à 140 pulsations/minute en quelques secondes. Et çà en salle on connaît rarement cet état physiologique.

Lorsque vous avez un rythme cardiaque qui augmente que se passe t-il physiologiquement et se que passe t-il au niveau du capital technique restant :

  • au dessus de 120 pulsations /minute (état cardiaque d’une agression qui monte en puissance), il devient difficile de réaliser des mouvements moteurs dits « fins » (par exemple, exécuter des techniques de frappes complexes, clés ou blocages conventionnels non naturels)
  • au dessus de 140 pulsations /minute (état cardiaque d’une agression surprise classique), tous les mouvements moteurs dits «complexes» deviennent très imprécis et lents (les coups de pieds hauts et retournés, les blocages conventionnels non naturels et de nombreuses techniques de défense vu en salle pour certains arts martiaux !)
  • au-delà de 170 pulsations /minute (c’est souvent le cas en cas d’agression surprise et violente), nous perdons totalement nos fonctions cognitives. Les mouvements moteurs sont lents, imprécis et parfois nous sommes tétanisé.

Tout ce que je viens d’affirmer est important et peut changer sa vision du combat de rue pour survivre.

Combien d’entre nous on dit suite à une bagarre

  • Purée ça va vite ! Dans la rue, je n’ai pas eu le temps de passer ma technique vue en salle !
  • Je n’ai pas été bon.
  • Je ne comprends pas, ça passe en salle !
  • Que c’était brouillon !

J’ai même vu des pratiquants qui affirmaient dans un stage de Self Défense « Jamais je pourrais me défendre avec cette technique ! » Ils en sont déjà conscients avant ! Alors le jour J. Imaginez.

Alors, comment se préparer au mieux à une éventuelle agression

Si j’ai abordé en premier l’étude de la fréquence cardiaque, c’est qu’en cas d’agression le stress génère inévitablement une augmentation du rythme cardiaque, modifie les capacités intellectuelles (on hésite, on panique et parfois on est carrément tétanisé) et physiques (augmentation du temps de réaction ou de blocage). On connaît des pratiquants entraînés et brillants en salle être tétanisé lors d’une agression.

Il faut aussi savoir que lors d’un combat sur un ring ou sur un tatami et même dans une « cage » le rythme cardiaque augmente progressivement, le corps monte en température tranquillement avec l’échauffement et psychologiquement – le combat est prévu depuis longtemps et motivé, donc aucun effet de surprise sans compter que l’on est en relative sécurité grâce à l’arbitre et aux règles du combat – alors qu’en cas d’agression vous passez en 15 secondes (parfois moins) de 60 à 140 pulsations /minutes.

Et là parfois on ne peut réagir et on est figé et on SUBIT LES COUPS DE L’AGRESSEUR malgré toutes les années d’entraînement au dojo.

Le but n’est pas de dénigrer notre pratique des arts martiaux mais bien de conceptualiser les choses. ARTS MARTIAUX et SELF DEFENSE sont 2 objectifs différents, donc approches et préparations différentes différents (par analogie, on n’entraîne pas physiquement un sprinter comme on prépare un marathonien).

LES CONSEILS

Sachant que l’on n’est jamais certain à 100 % du résultat suite à une agression, pour personne. Par exemple, Rickson Gracie dit dans un magazine spécialisé « Je préfère me battre dans une cage (UFC) avec un gars de 140 kg que de me battre dans la rue contre un gars de 70kg ».

4 réflexions sur “Comment se préparer au mieux à une éventuelle agression

  1. POURQUOI NOUS N’OSONS PAS FRAPPER

    Vous êtes dans une situation où vous n’avez pas pu fuir et vous savez que vous allez êtes obligé d’en découdre avec votre agresseur.

    Et pourtant vous essayer de tout faire pour attendre…qu’il vous frappe !!!

    Certains vont pourtant m’envoyer des mails en disant … il y a des personnes naturellement guerrières qui vont effectivement frapper sans souci car elles se sentent en danger.

    Mais j’entends plus souvent des élèves dans mes cours ou des gens qui disent je ne peux pas frapper le premier … et ils restent passifs en attendant d’être frappés.

    ATTENTION

    Il ne s’agit pas de frapper le premier sinon vous serez un agresseur mais de réagir en contre et pour cela il y a des stratégies qui respectent la loi (légitime défense).

    Je vais tenter de donner des explications (non exhaustives) sur ce qui vous empêche de frapper ou vous fait hésiter même quand vous êtes en grand danger :
    • J’ai pas le droit de frapper le premier (pourtant l’agresseur lui n’hésitera pas) : sachez que j’ai mis au point des stratégies qui permettent de frapper l’agresseur des qu’il armera un coup.
    • Vous pensez aux problèmes juridiques pour coups et blessures auxquels vous vous exposez : je vous rappelle que vous êtes agressé.
    • Je vais attendre encore un peu et me contentez de bloquer les coups. Je vous ai déjà démontré scientifiquement que de très prés comme très souvent en combat de rue il est très difficile voir impossible bloquer les coups.
    • Peut être qu’en restant , cela va apaiser l’agresseur. Vous prenez de gros risque… vous avez une chance sur 2 !
    • Vous vous dites que quelqu’un va vous aider en s’interposant : erreur, il suffit de lire les faits divers pour voir des personnes violées ou frappées à des heures d’affluence devant des dizaines de personnes…Ne comptez que sur vous !
    • Je vais le frapper pas trop fort, juste pour qu’il me laisse tranquille… : pas question de l’estropier : OK, mais il faut quand même frapper suffisamment fort pour qu’il ne puisse pas se relever, vous refrapper ou vous poignarder !
    • Vous vous dites que si vous frappez mal et que l’autre ne tombe pas KO il va du coup s’énerver et vous faire encore plus mal… (j’ai posé cette question à 10 personnes qui ont peur de frapper par ce que l’autre si il n’est pas touché peut frapper encore plus fort : elles m’ont toutes dits que si elles étaient sur de mettre KO en 1er elles n’hésiteraient pas !!!!) . Encore une fois, c’est bien un problème de confiance en soi et de mental !!!
    Toutes ses inhibitions sont le reflet de votre éducation, de confiance en soi.

    En plus, nombreux d’entre nous ne sont pas préparés psychologiquement et physiquement (pas de connaissance du contexte de l’agression et pas de confiance en sa puissance, sa technique et son mental) : tout se prépare progressivement avec des techniques spécifiques et appropriées.

    Dans mes cours particuliers, je prépare mes élèves à diminuer ses inhibitions par le biais de mises en situation afin qu’ils s’habituent à la violence, aux insultes et que ce ne soit plus l’inconnu….vous développerez ainsi vos canaux sensoriels visuels, auditifs et moteurs). Le fait de les avoir vécues ne sera plus l’inconnu donc moins stressant.

    Je n’ai rien inventé, car se sont des techniques utilisées par des groupes d’intervention : ils s’entraînent dans des conditions proches de celle d’une mission pour que le jour J il soit opérationnels.

    Une de mes techniques est d’inclure dans mes cours des techniques de PNL (programmation neuro linguistique) : il s’agit d’un travail effectué en amont s’agissant de trouver un mot ou un geste d’ancrage qui lorsqu’il sera activé le jour J mobilisera la réaction voulue. Exemple : quand je dis dans une phrase je le frappe durement sans retenue.

    Autre exemple :

    Quand je bouge mon pouce, je suis conditionné pour frapper…
    Cette technique a fait ces preuves et c’est une technique de débutant parmi des dizaines de techniques que j’ai mis au point.

    Il faut retenir que la self défense ça se travaille et que si nous n’avez pas pu fuir :

    • Vous ne devez compter que sur vous ! Que sur vous.
    • Vous devez frapper sans retenue et sans pitié (ce qui ne veut pas dire le massacrer..) sur les points sensibles.
    • Vous devez participer régulièrement à des mises en situations stressantes pour entretenir les réflexes, votre état de vigilance au cas où.
    • Et rappelez-vous, vous êtes un honnête citoyen et ce n’est pas par ce que votre agresseur a eu une enfance difficile (comme vous peut être) que vous devez subir des coups.

    Un rappel – Frapper durement et violemment ne veut pas dire massacrer votre agresseur au point de passer du statut de victime à agresseur !

    Comme vous le voyez avec toutes ces réflexions ou voit que c’est compliqué.
    Je vous invite donc à vous posez les questions maintenant, car vous ne le pourrez pas le jour J.

    A savoir, je me défends dans quel cas et jusqu’ou suis prét à aller pour empêcher mon vol de portable par exemple.
    La Self Défense commence déjà à être entraîné.

     

  2. L’ETAT REPTILIEN ET LA SELF DEFENSE

    Ce que nous appelons ainsi c’est une sorte d’état second (proche de l’état de transe ). On peut le comparer à l’état du Pit Bull qui attaque : sans peur, sans retenue, sans réflexion, presque insensible à la douleur, avec des capacités physiques démultipliées…

    En « I Chuan » on compare cela à une force quasi animale, une puissance non musculaire (mais plutôt neuromusculaire) plutôt proche d’un état de crise (penser à la force incroyable déployée par un individu pris de démence où il faut l’intervention de plusieurs infirmiers pour le maitriser).

    Encore une fois lors d’une agression, l’idéal pour la victime est de refuser de subir, d’être déterminé et de frapper les points sensibles avec des techniques simples dans un état psychologique modifié ( état reptilien).

    Il existe de nombreuses techniques pour modifier son mental mais pour des raisons évidentes de sécurité je ne peux les présenter au grand public.

    Ceux qui prennent des cours privés de « I Chuan » avec moi et lisent ce sujet vont me comprendre.

    A bientôt pour d’autres sujets de réflexions
    Amicalement
    Franck

  3. REFUSER DE SUBIR

    Nous allons aborder l’importance de la détermination lors d’une agression à mains nues et éventuellement contre bâton (je ne parle pas d’agression à l’armes blanches ou avec armes à feu car c’est une tout autre histoire…)
    Les agresseurs ne sont pas plus forts ou mieux préparé techniquement que vous au combat de rue (je parle bien sûr de force physique et de techniques de combat).

    Et oui. ILS SONT SIMPLEMENT PLUS DETERMINES ET ONT L’HABITUDE. Et c’est cela qui fait essentiellement la différence avec vous. Nous ne sommes pas naturellement préparés à cela et pour beaucoup d’entre nous ces situations sont inconnues. Et l’inconnu fait peur.
    La victime qui se défend avec conviction, détermination, avec un peu de technique et surtout qui REFUSE ABSOLUMENT DE SE FAIRE FRAPPER ET DE SE POSITIONNER EN SITUATION DE VCITIME S’EN SORTIRA.

    Pour la plupart d’entre nous, depuis notre jeune âge, nos parents nous ont éduqué à ne pas se battre. Pour les femmes c’est pire, puisqu’on on leur répète que les hommes sont plus fort que les femmes (sûrement musculairement, quoi que, mais pas forcément en mode survie).
    Dans mes cours privés ou stages spécifiques de Self Défense, j’apprends à mes élèves à frapper avec grande détermination en leurs répétant qu’en cas d’agression on ne peut se permettre de philosopher et de donner des coups qui ne font pas mal ou qui ne sont que des points de combat de compétition ( techniques pratiquées dans certains styles de combat tels le coups de pieds direct à l’estomac, les fouettés visage … difficiles à placer en cas d’agression pour quelqu’un peu entraîné et dans une tenue vestimentaire non appropriée ).

    Alors imaginez contre plusieurs agresseurs : si vous ne frappez pas chaque agresseur durement, vous allez vite vous faire déborder, saisir et jeter au sol pour finir roué de coups. Et si il est armé n’en parlons pas.
    Il faut donc frapper violemment aux oreilles, aux yeux, à la gorge, parties génitales et genou. Certains de mes amis combattants de rue disent que cela peut paraître fort, mais c’est leur façon de dire qu’il faut la rage pour se défendre, car eux ils connaissent le combat de rue. Ils disent que s’ils ne font pas, l’autre lui le fera.
    Dans mes cours pratiques de Self Défense on aborde la théorie avec les profils d’agresseurs, les effets physiologiques et psychologiques.
    Ma 1ere partie de cours est toujours destinée à apprendre les coups efficaces et les cibles vitales.
    Lors de la 2eme partie de cours, réservée aux mises en situation avec agression simulées, nous utilisons une armure de protection utilisée par les Groupes d’Intervention de la Police et de la Gendarmerie.

    Nous mettons tellement les élèves en situation de stress, proches d’un état type d’agression, que nombreux d’entre eux deviennent agressifs et frappent en rafale avec une grande détermination.

    Ceux par contre qui n’ont pu se libérer bénéficient au moins de cette expérience et prennent conscience que pour se défendre il faut FRAPPER FORT, VIOLEMMENT et SANS PITIE, sur votre agresseur.
    Seule, cette mise volontaire en état de refus de subir (un peu avant l’état reptilien) peut vous aider à vous en sortir indemne en cas d’agression violente.
    Si vous ne pouvez fuir, voici quelques idées pour travailler cette détermination :

    1. Respectez vous dans la vie de tous les jours (savoir dire non et s’affirmer) et refusez absolument de vous soumettre.
    2. Entraînez vous lors de mises en situations à frapper sans scrupule durement les points vitaux (attention à la sécurité de votre partenaire).
    3. Travaillez votre mental dans la vie de tous les jours.
    4. Affrontez vos peurs ou vos appréhension en vous exposant aux situations qui vous stressent.

    Vous allez prendre confiance en vous et devenir plus fort et déterminé. Et vous verrez que vous ressortirez grandi et fier d’avoir affronté certaines situations déstabilisantes pour vous.
    Ce commentaire doit absolument vous faire prendre confiance et surtout vous amener à vous défendre comme un animal. En vous rappelant toujours que souvent les agresseurs ne sont pas si bien préparés et cherchent des proies faciles et que souvent à la moindre résistance ils abandonnent. Donc, refusez de vous soumettre.
    C’est un conditionnement de tous les jours. Et ce n’est pas facile, car cela va au-delà de la Self Défense et ON NE PEUT PAS TRICHER, car vous ne connaissez pas les limites l’agresseur.

     

  4. Ces 3 comments sont issus directement des cours et du FaceBook de Frank Ropers et non de moi bien sur, ki suis 1 pauvre limace.
    Pour toutes questions, s’adresser directement au Maitre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s