Food Planning au long cours

Ce n’est pas au bobo (fr) ni au bobo (es) que je m’adresse mais au hobo ;-))

Préalables

Les besoins énergétiques : pour un trip de 6-8 heures estimer 3000kcal, 10-12 heures tabler plutôt sur 4000-5000kcal.

Connaître ses poids et se rappeler ses pertes de kilos lors du dernier trip. Son propre kilo de graisse c’est peut être 4000 kcal pas plus (beaucoup d’ eau – un chiffre à confirmer), donc C pas énorme. Mais si l’on en a en surcharge, savoir combien l’on peut s’auto consommer jusqu’à la perte de l’ os. Mais aussi savoir que ces kilos au bide, on va les perdre au fur et à mesure et qu’ils ne seront plus la réserve de secours du final.

Connaître sa réserve en glycogène et autres trucs en dehors de sa graisse. La chiffrer en kilo ou kcal ce serait intéressant. Dans mon cas c’est peut être 1 kilo estimés par les pesées régulières avant-après une bonne séance d’entraînement et regains après-beaucoup après, en distinguant les pertes hydriques.

C’est la réserve de secours à ne pas entamer. Mon signal, c’est quand je commence à me sentir super bien, capable de gicler au bout du monde. J’arrête tout, je me met en veilleuse pour bâfrer. Par expérience si je continue, au bout de peu je néglige l’appréciation de mes limites et des sécurités.

Bien se souvenir du bouffe-planning de la rando précédente, ou revenir au feedback que l’on a bien pris soin de noter, pour le nouveau programme.

homeless camp à Calcutta

Paramètres avant de les commencer, ces calculs

1-Ajouter aux repas traditionnels, 4 casse-croûtes légers lors de pauses-arrêt à intervalles courts et réguliers (toutes les 2-3 heures). Cela permet :

  • une constance du niveau énergétique durant le trip journalier
  • un calcul plus facile des rations en ne mangeant qu’une seule dose de 400kcal à la fois
  • variation aisée des rations puisque casse-croûtes plus fréquents
  • en altitude à cause des pertes d’appétit, on fait des repas plus légers donc plus faciles à ingérer.

2-Calculer combien on peut porter et quand et en quoi on peut se ravitailler :

  • CAD calculer et savoir ses distances moyennes de marche pour déterminer ses étapes et savoir quand on peut atteindre un point de ravitaillement intéressant (pas cher, facile & court à atteindre, varié en offre),
  • CAD pas l’épicerie riquiqui hors de prix qui n’a que des nouilles à chien ou l’hyper dans la zone industrielle à perpette,
  • CAD n’emporter que ce que en quoi l’on ne pourra pas se ravitailler.

3-Connaître sans complaisance ses capacités en course longue selon : endurance/altitude/dénivelés/entraînement/poids porté/état des sentiers/type de trail/saison…

4-Savoir avec l’expérience ce que l’on peut manger et comment, et ce qui commence à gaver grave.

Déterminer ses rations journalières

Je parle de mes musts, mais chacun sait à la longue ce qu’il veut. En gros pour 3000 kcal pour 6-8 heures :

1- Réveil avant le soleil. Petit déjeuner liquide : muesli bien mouillé à préparer avant toilette-ablution-déblutions-érections matinales pour lui laisser le temps de gonfler.

2- Pauses toutes les 2 ou 3 heures avec des bâtons de dynamique puis de céréales.

3- Après Midi au soleil avec des nouilles mouillées, le liquide le potage. Puis galettes ou pain sec avec qqch. de consistant. La pause est suivie d’un petit ou gros repos s’il fait torride.

4- Pause, une seule avant le soir avec une gâterie.

5- Arrêt au plus tard une heure avant la nuit. Avant de tout déballage, collation d’une autre gâterie et on jouit de l’arrêt de fin de journée. Juste avant de se coucher, repas consistant par exemple couscous sauce maison et viande séchée. Dodo très tôt.

Se faire une feuille eXeL pour préparer et permettre toutes les simulations avant d’arriver à la liste finale. (voir tableau dont URL donnée plus haut).

Alors seulement commence le packaging

Se faire un tableau des journées d’étapes. Saisir toutes les infos dans le modèle de simulation. Pour les poids et doses en kcal, se référer au tableau XLS. Réitérer les simulations jusqu’à optimisation. Revenir à la liste du Sac à Dos et ajouter le poids de la bouffe qu’il faut emmener pour chaque trajet inter étapes de ravitaillement. Vérifier la faisabilité des distances journalières. Par exemple 30km à vide en fin de trip, 30km à plein en début de course. Ne pas calculer de bouffe de réserve.

  • Faire l’inventaire des stocks.
  • Lister ce que l’on doit préparer et acheter.
  • Sur la base du tableau, relever aux étapes de ravitaillement, ce que l’on n’a pas besoin d’emporter parce que achetable sur place.
  • Faire des packages de 100g/150g pour 400kcal chacun.
  • A regrouper dans des sacs journaliers plus grands. Je classe par grands ziplocks transparents.
  • Eux mêmes empilés dans le grand sac bouffe.
  • La veille je sors et dispatche le sac du lendemain.

Et roules Guy, cela fait pas de mousse. Si t’as pas tout compris, c’est pas grave tu es comme Anne sœur Anne, tu verras venir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s