Boussole – Système 1-2-3

Article tiré du Carcajou Nº3 belle revue du CEETS et de David Manise, à la durée de vie hélas trop courte

Le manuel Silva, marque qui fabrique et vend la célèbre « Expedition 54 », appelle cela le système 1-2-3. c’est tout simplement la façon de s’orienter avec une carte et une boussole :

  1. Premièrement on positionne sa carte et on règle la boussole au Nord.
  2. Deuxièmement on mesure l’Azimut ou le Relèvement soit sur la carte, soit dans le réel, la direction d’un point remarquable, en se basant sur cette référence fixe qu’est le Nord.
  3. Troisièmement on reporte la direction soit sur la carte (l’aiguille du Nord toujours dans l’axe de la carte que l’on n’a pas bougé), soit en visant le réel, ou pour marquer le point, ou pour mesurer la distance ou pour trianguler ou pour déterminer la nouvelle direction à prendre.

1 – ORIENTER SA CARTE CORRECTEMENT

Afin de pouvoir s’orienter, la première chose à faire est de mettre la carte en adéquation avec le paysage pour pouvoir prendre des repères.

  1. Régler le cadran de la boussole sur « 0 », soit plein nord.
  2. Mettre la carte (*) bien à plat, si possible la poser pour faciliter la manœuvre.
  3. Poser la boussole sur la carte en alignant le bord du boîtier avec le bord de la carte ou une des lignes de coordonnées verticales (ici matérialisées en vert).
  4. Faire tourner la carte jusqu’à ce que l’aiguille indiquant le nord se retrouve entre les deux repères nord de la capsule ou face au degré « 0 » de l’échelle graduée.

ORIENTER SA CARTE CORRECTEMENT 2  ORIENTER SA CARTE CORRECTEMENT 1
Ce que l’on voit sur la carte doit correspondre exactement à ce qu’il y a autour de soi. Si l’on marche sur un chemin axé est-ouest, et que sur la carte le chemin où l’on pense être est représenté sur un axe nord-sud, l’on peut avoir cette certitude : on n’est pas là où l’on pense !

(*) Sur des cartes sans réseau N-S, il faut tracer sur la carte des lignes N-S à intervalle de 3 à 4 cm.

Ajustage de la déclinaison

Sur les boussoles de visée par miroir, la correction de la déclinaison est ajustable par une vis correctrice qui se trouve au verso de la capsule. Par rotation de cette vis, il y a déplacement – de la valeur de déclinaison – des repères nord et de l’index (nord magnétique) par rapport à l’échelle et au réseau nord (nord géographique).
Exemple :
20° décl. ouest: Agrandissement de 20° de l’azimut 20° décl. est. Réduction de 20° de l’azimut.
La valeur ajustée est fixée mécaniquement pour l’emploi de la boussole, ce qui exclut tout déplacement intempestif.

2 – DANS QUELLE DIRECTION MARCHER

Partons du fait que l’on connaît sa position sur la carte et que sa destination est repérée elle aussi.
DANS QUELLE DIRECTION MARCHER

Poser la carte bien à plat, c’est capital pour la qualité des mesures.

  1. Positionner la carte au Nord géographique (cf. paragraphe 1 ci-dessus)
  2. Aligner le bord du boîtier de la boussole avec votre position actuelle «A» et votre point de destination «B», la face frontale tournée vers cette destination.
  3. Tourner la capsule pour aligner les lignes nord-sud sérigraphiées sur le fond de celle-ci avec le réseau nord-sud de la carte.
  4. Reprendre votre boussole en main, tourner sur vous-même pour faire venir l’aiguille indiquant le nord entre les repères nord de la capsule.
  5. Viser l’horizon avec la boussole, prenez un repère visuel remarquable : clocher, château d’eau, sommet de l’autre côté de la vallée…

Il ne vous reste plus qu’à faire route vers votre repère, et à refaire le « point » arrivé à celui-ci afin de déterminer un nouvel objectif pour continuer votre route jusqu’à destination.

3 – REPORTER UN POINT DU TERRAIN SUR LA CARTE

On connaît sa position sur la carte relativement précisément, mais on veut, soit situer sur celle-ci un point remarquable du terrain, soit calculer la distance jusqu’à lui.
1. Boussole en main, viser le point remarquable qui est intéressant.
2. Tourner la capsule afin d’amener le « 0 » de l’échelle graduée face à l’aiguille indiquant le nord.
3. Le chiffre des degrés se retrouvant devant l’index correspond à l’azimut du point remarquable.
4. Marquer sa position momentanée sur la carte par une croix ou un autre signe.
5. Poser la boussole sur la carte, placer l’arête de la boussole contre sa position momentanée, tourner la boussole autour de cette position (en conservant l’arête contre sa position momentanée) jusqu’à ce que les lignes N-S de la capsule correspondent au réseau N-S de la carte.
6. Orienter la carte en positionnant son Nord avec le Nord géographique de la boussole.
7. Tracer sur la carte la ligne de direction à l’aide du bord de la boussole.
Le point remarquable recherché se trouvera sur la ligne formée par le flanc de la boussole ou de son prolongement.
REPORTER UN POINT DU TERRAIN 1  REPORTER UN POINT DU TERRAIN 2

Un simple rapporteur fait le même travail puisqu’on a relevé l’angle exact en degré de l’azimut. Un rapporteur rond de 360º est mieux pour ne pas se tromper de moitié et ne rien avoir à calculer lorsqu’on est au delà de 180º, d’où l’intérêt d’avoir une boussole précise (aiguille à flèche pointue et graduation fine de la rosace).

4 – DÉTERMINER SA POSITION SUR LA CARTE

On ne connaît pas sa position sur la carte, ou l’on veut vérifier cette dernière.
La position sur la carte est imprécise ou inconnue, mais le terrain propose des points particulièrement repérables dont on se servira pour déterminer la position par triangulation.

La manœuvre est similaire à celle du paragraphe précèdent pour la prise de mesure, partir d’ un point remarquable identifié sur la carte pour tracer la première ligne.

D’ores et déjà nous savons que nous nous trouvons quelque part sur cette ligne. Mais où ? C’est là que l’on triangule.
DETERMINER SA POSITION SUR LA CARTE 1
Il faut prendre une mesure avec un autre point remarquable du terrain identifié sur la carte et suffisamment écarté du premier (plus l’angle formé entre les deux points se rapproche de 90 degrés, plus la position sera précise). On reporte la deuxième mesure sur la carte et on tire la seconde ligne venant couper la première. La position se trouve à l’intersection des deux lignes.

Nota

Ces deux points de repère ne doivent pas être trop loin sur l’horizon pour ne pas avoir une grande imprécision dans la prise des azimuts. On peut relever un troisième azimut pour affiner la position.

La théorie de la triangulation est simple mais si l’on est réellement perdu il faudra un bon moment avant de faire une bonne lecture de la carte, ne pas s’attendre à savoir où l’on est en 1 minute, une demi heure serait plus exacte et une deuxième triangulation plus loin sera nécessaire

Le grand principe est la triangulation, mais on peut de temps en temps résoudre le problème différemment en évitant de prendre plusieurs azimuts:

  • L’altimètre (fiable) est un très bon allié pour connaître sa position.
  • Une ligne géographique aussi (ligne de haute tension, une route asphaltée …)
  • Une ligne topographique, on se trouve sur un chemin de crête, au bord d’une rivière, au bord de la mer …

Ces éléments de positionnement certains (puisque la carte que l’on a prise est bonne), permettent à leur croisement avec la ligne de l’azimut du repère ci-dessus de savoir exactement où l’0n se trouve.

5 – Maniement particulier (boussole Recta)

5-1 Ajustage de la déclinaison

Toutes les boussoles de visée RECTA avec correction ajustable de la déclinaison sont équipées, au recto de la capsule, d’une vis correctrice qui permet d’ajuster les valeurs de déclinaison à l’ouest ou à l’est. Par rotation de cette vis, il y a déplacement, de la valeur de déclinaison, des repères nord par rapport à l’échelle et au réseau N-S de la capsule de la boussole. Ainsi corrigés, les repères nord indiquent le nord magnétique, tandis que l’échelle et le réseau N-S continuent à indiquer le nord géographique.
Ajustage de la declinaison 1

1 Nord géographique
2 Nord magnétique
3 Variation entre le N géographique et le N magnétique = déclinaison
4 Vis de correction de la valeur de déclinaison
5 Tournevis (livré avec la boussole)

Voilà comment procéder:
Valeur de déclinaison à l’ouest = tourner la vis dans le sens inverse des aiguilles de montre
Valeur de déclinaison à l’est = tourner la vis dans le sens des aiguilles de montre
La valeur ajustée est fixée mécaniquement pour l’emploi, ce qui exclut tout déplacement intempestif.

Ajustage de la declinaison 2

1 Déclinaison à l’ouest
2 Déclinaison à l’est

Remarque La correction de la déclinaison est incontournable pour une utilisation précise. Les valeurs locales de la déclinaison sont chez National Geophysical Data Center (NGDC).

5-2. Le clinomètre avec une boussole Recta à miroir

Le clinomètre (indicateur d’angle d’inclinaison) permet de mesurer toute forme de déclivité. Sur le terrain, il est souvent utile de connaître le degré de déclivité d’une pente, d’une route ou d’un flanc de montagne. Cet instrument revêt une importance capitale pour la sécurité (dangers d’avalanche, déclivité transversale maximum admissible d’un véhicule) et permet de réduire les risques.
Au verso du miroir, la table de conversion de degré en pourcentage permet de mesurer facilement les hauteurs (arbres, habitations, collines, etc.).

A. La mesure transversale
La mesure transversale permet de déterminer le degré de déclivité d’un terrain en pente situé à l’horizontale de l’observateur. Il convient toutefois de noter que le résultat obtenu n’est qu’une valeur moyenne.

clinometre 1

1 Retourner la boussole et maintenir le miroir rentré à l’aide du doigt.

2 Amener la boussole face au regard et faire coïncider la déclivité à mesurer avec une arête de la boussole.

L’angle d’inclinaison se lit directement sur l’échelle rouge à l’aide du repère rouge. L’angle d’inclinaison est directement lisible sur l’échelle rouge.

B. La mesure longitudinale
La mesure longitudinale permet de déterminer le degré de déclivité d’un terrain situé à la verticale de l’observateur. Si l’objet est à une distance connue, les différences d’altitude peuvent également être calculées.

clinometre 2

1 Sortir le miroir et le fixer vers le bas par une légère pression du doigt.

2 Viser le point désiré avec l’arête supérieure de la boussole

L’angle d’inclinaison se lit directement sur l’échelle rouge dans le miroir, à l’aide du repère rouge.
Les tables de conversion au dos du miroir permettent d’exprimer les degrés mesurés en pourcentage de déclivité, différence d’altitude, etc.

clinometre 3

1 Orienter l’arête longitudinale supérieure de la boussole sur l’objet à viser.
2 L’angle d’inclinaison est directement lisible en degré sur l’échelle.

5-3. Mesure précise d’angles par optique à prismes
L’optique à prismes (disponible uniquement sur le modèle Recta DP-10) accroît encore, de manière substantielle, les possibilités d’emploi de la boussole comme instrument de mesure. Fondamentalement, la mesure directe d’angles permet d’utiliser plus rapidement, plus commodément et avec une précision encore plus accrue les fonctions de la boussole. Ce qui est ici décisif, c’est la précision de mesure de ± 0,3 degré! Elle permet même de maîtriser des tâches professionnelles, telles qu’arpentages, construction de routes ou de conduites et autres tracés.

Maniement

  1. Placer l’échelle sur approx. N = 0° ou 180° (selon que l’on opère avec la main droite ou la main gauche)
  2. Elever la boussole à hauteur de l’œil, la tenir horizontale, modifier la distance à l’œil jusqu’à ce que l’échelle soit clairement lisible à travers l’optique.
  3. Viser l’objet dans le prolongement du trait de repère et lire l’angle de direction (par rapport au nord magnétique).

1 Viser l’objet
2 Optique à prismes
3 Echelle de l’optique à prismes

 Mesure precise d angles par optique a prismes 6 – Orienter une carte sans boussole

Il est possible, quand les alentours le permettent, d’orienter sa carte grâce aux repères naturels visibles à proximité. « Orienter la carte » consiste à placer les lignes de la carte parallèlement aux lignes correspondantes du terrain.

6-1. A l’aide d’un alignement

Si l’on se situe sur un long alignement (il peut s’agir d’une haie, d’une lisière de bois ou ici d’une portion de route), il suffit de tourner la carte de façon à mettre en coïncidence la carte avec la réalité.

cartographie 1 alignement   cartographie 2 visee lointaine

6-2. A l’aide d’une visée lointaine

Si l’on connaît sa position, il suffit alors d’identifier sur la carte un point connu visible sur le terrain (clocher, château d’eau, sommet, …). Il faut ensuite faire pivoter la carte en visant ce point.

Afin d’éviter toute erreur d’identification, il est préférable de contrôler l’orientation en visant un autre point remarquable.

Une réflexion sur “Boussole – Système 1-2-3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s