Madére – Traversée Ouest/Est J3

PR17 – Partie Pinaculo

Resize of PR17 sentier bruyeresLa descente de la piste dans les cailloux jusqu’au panneau du PR17 est assez désagréable. C’est très pierreux. L’entrée et la sortie du PR17, qui fait une boucle, sont espacées d’une cinquantaine de mètres. Cette partie haute de la boucle est très belle, pour moi la plus belle de ce que j’ai vu dans l’île. La première moitié jusqu’au panneau de Bica da Cana est la plus sauvage. Ensuite l’on rejoint assez rapidement la levada da Serra en passant sous quelques belles cascades, petites ou moyennes qui rafraîchissent agréablement. La levada est la plus belle et entourée de bruyères et de lauriers. Mais, mais l’arrivée est décevante. Violent incendie en été dernier qui a cramé sans doute le dernier pan de bruyère qui restait aux versants sud. On y gagne en vue sur le panorama de la passe d’Encumeada et les escaliers en lacets serrés et vertigineux qui descendent à la route. Juste en face de la sortie, un petit parking avec poste pour tyrolienne. Les lézards y ont pris l’habitude de manger sans vergogne toutes les miettes qui tombent du casse-croûte, aussi effrontés que les pinsons de la Ribeira da Janela.
Compter 4 heures pour arriver à cette passe d’Encumeada.

Encumeada (100m)

Resize of PR17 levada da serra Sortie Encumeada panoramaCompter une petite heure et 3km en descente pour rejoindre les 2 bar-restos. C’est tout à fait faisable car personne ne va s’arrêter pour le stop à cause des précipices. La bière pression est à 2€, la petite bouteille d’eau à 1,5€. A croire qu’elles ont été montées jusqu’ici à dos de chameau. Le bar-resto du coté de Ribeira Grande est le plus sympa.
Possibilités de bivouaquer au poste forestier qui est à une petite centaine de mètres à droite en descendant vers Sao Vicente. Resize of encumeada Poste ForestierC’est cool et il n’y a pas de moustiques, mais bien choisir son jour car les réverbères au sodium ne sont pas toujours off.
Sinon en prenant le PR1.3, à une cinquantaine de mètres on peut bifurquer à droite pour aller vers les transmetteurs, il y a plein de place. Si l’on a pas peur de se faire dézinguer aux ultrasons, c’est bon.
C’est une étape d’une demi-journée.
L’après midi peut être consacrée à la relaxe car le lendemain grosse journée prévue. Sinon il y a deux nouveaux PR qui font une boucle à Encumeada. Sinon on peut continuer et bivouaquer à l’un des endroits plats signalés demain.

6 réflexions sur “Madére – Traversée Ouest/Est J3

  1. Bonjour Mayake,

    J’ai suivi ton périple et celui de bollitrek sur le site du routard et je viens pioché sur ton blog les infos pour préparer notre traversée de Madère.
    On part début septembre pour faire comme toi le parcours Porto Moniz / Ponta do Sao Lourenço en randonnée avec la tente, on part sur une base de 8 jours pour ne pas faire la course et avoir le temps de profiter des paysages. C’est une estimation de préplanning qui pourra toujours bouger une fois sur place sachant qu’avec tes relevés horaires je prévoit des journées entre 5 et 8h de rando. Je ne vois pas proposer à ma copine une journée de 14h comme celle que tu as fait entre Encumeada et Caldeira do Inferno.

    On compte varier un peu le parcours sur Paul da Serra en passant par la levada do Paul I / Christo Rei / Bica da Cana sans passer par le Pico Ruivo Do Paul ce qui nous évitera les quelques kilomètres de goudron que tu qualifies de peu agréables … On aura déjà fait auparavant la liaison Fonte do Bispo / Rabaças, ce sera largement suffisant. C’est une fois arrivé à Bica Da Cana que j’ai des interrogations. Je pensais redescendre à l’ouest direction Casa do Caramujo puis prendre la Levada do Norte qui nous permettrait de relier directement Encumeada. Cependant je vois que tu as choisi de passer par la Levada Da Serra / Pinuaculo pour finalement rejoindre la route ER110. Qu’est ce qui t’as poussé à prendre cet itinéraire là ? La liaison par la route ER 110 jusqu’à Encumeada ne m’enchante guère, n’est ce pas un peu dangereux de plus avec les voitures et les tunnels ? Je vois dans tes impressions que tu qualifies cette partie de sentier de remarquable, je me dis que ça vaut peut être le coup de se faire 3 kilomètres de goudron après…

    J’ai aussi une autre interrogation à Ribeira Seca, tu décris 2 sentiers pour après rejoindre Caniçal, il me semble bien en identifier un sur la carte mais j’avoue ne pas savoir auquel des deux itinéraires il se réfère et non plus où devrait être le second sentier… (J’ai une carte Kompass 1:50000eme)

    En tout cas un grand merci pour ce blog ça m’a grandement aidé pour planifier mon parcours !

    Au plaisir

  2. Salut Teuienne,
    Cela m’a fait plaisir de voir qq1 qui a bien potassé son itinéraire, et lire ton feed-back sympa sur le blog. Je vais tacher de répondre aux points demandés, de tête tant que ma mémoire est encore fraiche.

    1. A partir de la grande statue toute moche du Christ c’est vrai cela évite un peu de gondron. J’aurais pu le faire, mais je ne suis pas sûr que tous les chemins blancs sur la carte Tour&Trail que j’ai ne soient pas asfaltés. A propos de carte, j’ai vu la carte Kompass, elle ne m’a pas parue la meilleure ni la plus juste, alors faites attention. Au supermarché de Funchal que j’ai indiqué ils les vendent toutes normalement.
    2. Concernant les Casas do Cajamuro, c’est pas évident à trouver en passant par le PR17 (partie basse) car il n’y va pas directement. C’est peut être plus facile à partir de la piste caillouteuse qui fait plein de détour à cet endroit.
    3. La partie basse du PR17 est il est vrai plus rapide et droite, mais elle passe dans plusieurs très longs tunnels. Je ne l’ai pas faite. Car j’ai préféré celle du haut. Celle là est vraiment superbe et sauvage dans sa première partie pour finir par rejoindre la Levada da Serra. Ce serait tout à fait dommage de ne pas l’emprunter, surtout ne pas voir avant sa descente au col et la ER105 (pas la ER110 je crois) tout le panorama sur le massif montagneux et la passe d’Encumeada. C’est assez vertigineux la descente à ses débuts. Au moins le fait que cela ait cramé en 2011, cela dégage toutes les perspectives.
    4. Et puis le petit bout de gondron pour arriver ensuite à la passe d’Encumeada, ce n’est pas long : 3km une grosse 1/2 heure et cela descend tout le long. La circulation il n’y en a pas beaucoup et les 2 tunnels sont larges.
    5. Concernant Boca do Risco, j’ai fait l’impasse sur Ribeira Seca et sur le chemin en bord de mer pour remonter sur Caniçal qui m’a paru très long inutilement. J’ai continué le sentier bord de mer à partir de la Boca comme indiqué dans l’étape et dans la carte de l’itinéraire. Je ne vous conseille pas de prendre toute la ligne des crêtes à droite pour arriver entre Machico et Caniçal. En continuant tout droit dans la toute petite bifurcation au milieu des fougères vous arrivez plus vite et tout droit sur Caniçal. Ne vous inquiétez pas il n’y a pas d’autres chemins. C’est vraiment une sente, pas très fréquentée, suivez les marques de godasses à clou (je veux dire celle d’autres randonneurs …) et le sens de la pente. On ne peut pas se perdre dans ce coin là, c’est la mer à gauche et la mer à droite. Je ne crois pas que cela soit indiqué, sur aucune carte.
    6. Ensuite c’est le bus pour la pointe. Parce que à pied c’est infaisable.

    Cette ile a des reflets de la Réunion si tu connais ce département d’OM. Profitez bien crèpuscules aux bivouacs, surtout sur la Vereda du Pico Ruivo. Vous passerez de bons moments et cette solitude vous fera de super souvenirs.

  3. Oups, je me rend compte que je ne t’ai pas remercié pour ta réponse, donc MERCI beaucoup, je pense qu’on va suivre ton conseil et passer par la Levada da Serra puis la route pour rejoindre Encumeada.

    J’avais cependant une autre question, je suis en train de rédiger un courrier pour l’autorisation, mais je sais pas trop comment formuler ça … Tu pourrais éventuellement m’envoyer par email le courrier que tu leur avais communiqué pour m’en faire une idée ?

    Merci par avance, bonne journée

  4. Bonsoir Teuienne, Oui, un petit remerciement fait toujours plaisir par cela où ça passe.
    Pour l’autorisation, normalement il y a un formulaire, j’ai mis un exemplaire vierge en PDF dans mon Google Drive, va y voir, c’est à adresser à Nélio Freitas.
    Normalement tu n’y mets que les bivouacs projetés dans l’espace du Parc Naturel protégé et aux abords stricts des maisons forestières. Ce n’est pas une autorisation de trek (qui n’existe pas). Personne ne la demande, et si on est discret dans les bivouacs aux autres endroits, on ne voit personne et personne ne vient.
    Idem en dehors de l’espace naturel protégé, c’est affaire de propriété privée, mais si on reste dans le respect et le « leave no trace », rien ne se passera non plus. Faudrait vraiment être un gros gros dégeu très très bruyant pour que les madériens fasse une reflexion.
    Voilá je pense avoir répondu à ta question. Vous partez bientôt ?

  5. Merci je viens d ele récupérer, je pensais qu’il fallait un document plus conséquent … Je vais leur indiquer grosso merdo les dates de campement, mais en même temps ça me dérange un peu car parfois la journée peut être plus longue ou plus courte et la forme des troupes variante aussi, ce qui fait qu’un campement prévu auprès d’une maison forestière peut très bien se faire dans la forêt, je me sentirai bien con si ils lancent une alerte pour rechercher des promeneurs perdus …

    On part début septembre, ça va être vite venu !

  6. Hola, fais plutot grosso que merdo. Donnes tes dates prévues, personne ne vérifiera ni saura si tu es á l’heure et ne rêve pas personne ne viendra te chercher. Rechercher non plus.
    Comme à certains passages dans certaines veredas il n’est pas vraiment permis de glisser et tomber, alors faites gaffe. De toute façon comme il n’y a ni gypaete barbu ni vautour chauve on retrouvera toujours un jour ta carcasse intacte mais momifiée ;-)))

    Un petit mois cela passe vite. Si au retour tu pouvais faire un petit feedback, ce serait sympa. Surtout pour les autres qui suivront car ces pages de Madère sont pas mal consultées.
    Début octobre je serai moi aussi en terres lusitaniennes, mais à Santo Antoa-Cap Vert. Belle ile aussi en toute perspective, surtout les denivelés encore plus impressionnants.

    Alors en l’attente (mais reste à dispo pour autres demandes infos), Adeus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s