ESPAGNE – TARRAGONE BOUCLE « RUTA DELS REFUGIES »

 
2014-07-12 Ruta dels Refugis (1) Sierra de Prades de loin
La boucle a été imaginée au départ pour l’ULTRA-TRAIL UTMCD (pas mal trapz cuila). Elle fait 90km en passant par tous les points, curiosités, paysages, ou villages remarquables de la «  Sierra de Prades  » Cette sierra est en fait un plateau calcaire irrégulier, posé sur des couches de grès rouge et de granit gris, à 1000m d’altitude, Elle est tout au dessus de Reus, à seulement une poignée de kilomètres. Elle a été appelée la «  Route des Refuges  » parce qu’elle a été ensuite modifiée pour qu’il y ait cette possibilité à chacune des 4 étapes de 20km environ. On pourrait envisager une sorte de package en contactant chaque refuge et en prenant comme départ Cornudella dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Les dénivelés cumulés sont de 4500m, autant positifs que négatifs.
La course de Trail part de Prades, le meilleur temps est de 10 heures, les compteurs sont fermés après 24 heures, j’ai mis 3 jours à la moyenne de 30km par jour, et j’ai terminé pas mal crevé, autant dire que je ne vis pas dans le même monde que ces extras terrestres. Cela m’est totalement incompréhensible de pouvoir courir cette boucle avec toutes ses difficultés en si peu de temps.
Le Marquage
Il est bleu-jaune, parfois récent, parfois totalement délavé et presque effacé. D’une règle générale il est présent à toutes les bifurcations, avec de temps en temps des rappels le long des tronçons. Enfin, inexplicablement on peut rencontrer des tronçons signalés tous les 100m, et soudainement plus rien pendant des kilomètres.
Comme la boucle profite presque toujours du tracé d’autres sentiers ou GR, ils deviennent plus espacés et parfois il faut se reposer totalement sur le marquage de ceux-ci. Parfois il est totalement absent comme la descente vers le Mas de Fores après L’Albiol. Rarement, mais il faut en tenir compte, l’irrégularité du marquage est totalement paumatoire, c’est indispensable de se référer sans cesse à la carte, qui est excellente en tout point de vue, pour savoir toujours exactement où l’on se situe, et ne pas hésiter à rebrousser chemin au moindre doute. Ainsi on peut se passer facilement du GPS, ce qui enlèverait du piquant à la balade.
Pendant la course de l’ultra-trail un balisage serré et régulier avec des bandes de signalisation supplée le marquage, ceci explique cela.
 
Les Refuges
Sans doute clés seront fournies ou bien les réservations font peut être que les refuges seront ouverts. Quant à moi je n’ai trouvé que des refuges fermés. Deux ou trois étaient annoncés ouverts toute l’année, mais les fins de semaine seulement. Je n’ai rencontré qu’un mec à celui de Mont-Ral, et ça l’a fait trop chier de me préparer un petit déjeuner, même pas un café. Alors ne compter sur personne, se démerder soi-même pour tout, et c’est mieux ainsi, et cela fait des économies. Je suis médisant, il y a celui de Cornudella, mais c’est en fait un hotel-resto-TO-Bar en plein centre ville, bien différent en fait de ce que l’on peut appeler un refuge malgré la proximité de tous les autres hotels, bars et commerces dans la ville.
 
Eau et Approvisionnement

Dans toutes les villes ou villages il y a au moins une fontaine publique d’eau potable, leur photo est donnée dans le diaporama par journée. Parfois sur le trajet il y a quelques sources permanentes. Je n’ai trouvé que deux portions de l’itinéraire assez longue, une demi-journée, sans possibilité de se ravitailler, celle de MontRal à Capafonts, et celle de Siurana à Vilaplana.

Puisque j’ai bivouaqué en dehors des villes, parfois j’ai eu besoin de partir avec 3 litres, mais d’une manière générale on peut se contenter d’un ou deux litres. Avoir un filtre Sawyer c’est bien parce que parfois on peut prendre l’eau des ruisseaux pour s’alléger, par exemple au passage de El Gorg.

La carte donne l’indication des fontaines soi-disant permanentes en bleu, et les temporaires en bleu clair. Les permanentes sont parfois taries en été, et les temporaires ne sont parfois que des lieux un peu plus humides. Je n’ai pas compté la-dessus mais dans la partie itinéraire je donne celles que j’ai rencontré qui m’ont parues fiables,

Pour la bouffe, on peut se fier aux bars ou restos de Mont-Ral (tout est fermé de bon matin), Capafonts, Prades et Cornudella, éviter Siurana piège à gogo. La réappro, en solide peut se faire, à la boutique «  estanco  » de Vilaplana au bout du village à gauche, au petit CONSUM de Prades ( c/ Verge de l’Aberella 977 88 81 78) aux commerces assez nombreux de Cornudella. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s