Bibi Sac Mayake, mon Bivi Sack

le bibi sac : un abri sûr, léger, garant d’une autonomie totale

J’ai été amené à réfléchir sur le concept du sac de bivouac, bivi-sack ou bibi-sack lors de randos soit courtes soit en pays secs, ou enfin pour limiter mon poids porté au maximum pour des raisons de rapidité ou de difficulté de la marche.
 
Bivi Sack Mayake in situMon cahier des charges – quel gros mot! – est simple, remplacer éventuellement en plus léger et plus pratique la tente tout en étant beaucoup plus qu’un simple sursac Decathtlon au duvet. Comment traduire  ?
  • être totalement étanche au sol
  • être imperméable et respirable au dessus pour éviter toute condensation
  • avoir une protection aux moustiques, surtout au tigre qui officie jour et nuit
  • pouvoir ranger chaussures et sac à dos pour ne rien laisser dehors
  • avoir suffisamment d’espace au niveau de la tête pour pouvoir lire et prendre des notes
  • ne pas nécessiter un tarp, mais tenir sous la pluie
  • être suffisamment civilisé pour un usage urbain
  • constituer un système de couchage en intégrant le matelas, le duvet et l’oreiller
  • ce système doit pouvoir être roulé et déroulé dans un minimum de temps
 C’est irréaliste, ce sera trop lourd … gle gle gle … ouais mais impossible n’est pas Mayake  !  Réponses  :
  • cuben pour le fond en forme de cuvette
  • event ou tissu à membrane respirable mais résistant pour le dessus
  • fenêtre large et longue en mesh noseeum
  • pied large avec fenêtre d’aération
  • tête large haute et surélevable par haubans
  • anneaux et œillets pour fixer l’imperméable en cape sur la tête et protéger la fenêtre ouverte
  • dimensions au matelas gonflable Thermarest avec martingale de maintien
  • espace frontal de grand volume
  • utilisation de la veste imperméable pour protéger la tête

Réalisation

Achat des tissus chez ExtremTextil pour 70€, collage du cuben en utilisant les restes de Tape du MiniTipi Mayake ainsi que restes pour le mesh noseeum  :
  • 1 metre de cuben 30€
  • 2 metres de event 33€
  • 2 metres de seamtape 1€
  • port 6 €
Utilisation au mieux des lés en optimisant les dimensions pour coller dans les largeurs du tissus, ma taille étant très moyenne (1,70m) cela a éta facile, Ainsi tout mon système de couchage est homogène  : thermarest taille M, duvet en climashield sur mesure, bivisack sur mesure,
 
Forme générale de sarcophage trapézoïdal au pied et rectangulaire en tête, longueur 1,90m et largeurs de 50/30cm au pied et 50/60cm en cap, hauteur 40 cm. Ainsi la largeur aux épaules est juste suffisante pour se retourner et se sentir à l’aise. Ce n’est pas un BiviSack pour grand ou gros formats.
 
En grande lignes  :
  1. Le fond en cuben est monté et collé en forme de cuvette étanche avec bords de 9cm,
  2. Le dessus en Event est cousu puis étanchéifié au fer avec le seamtape.
  3. Le pied comporte sur toute sa largeur une fenêtre en fente, qui est protégée de l’extérieur par un rebord de 3cm ainsi que par un voile interne en mesh cousu sur toute sa longueur.
  4. Ouverture du bivy par un zip transversal au niveau de la fenêtre en mesh
  5. Deuxième zip longitudinal de 1m afin de pouvoir entrer et sortir sans avoir à se tortiller comme une larve
  6. Fenêtre en mesh sur toute la largeur et d’une trentaine de cm de long
  7. Tête protégée en façade par event
  8. Trois anneaux en coin et au milieu du zip transversal pour soulever le cap du bivisack avec les haubans et le bâton de marche.
  9. Une ou deux sardines sont nécessaires à cette fin
Adaptation et fixations pour la pose de la veste imperméable en cas de pluie  :
  1. Sur les coins des pans de l’imperméable sont collés cousus deux anneaux
  2. Pose en arrière de la fenêtre en mesh, sur le fond en cuben de 2 autres anneaux avec clip sur lesquels devront s’attacher les 2 anneaux ci-dessus
  3. Les haubans passent par les manches et la capuche de l’imper
  4. l’imper est ainsi fixé et posé à cheval sur le bivisack, laissant suffisamment d’espace pour respirer mais protégeant le bivisack de toute sa longueur d’au moins 1m.
  5. Ce n’est pas très clair comme explication, mais quelques photos éclairciront tout. Les longueurs et la distance des nœuds des haubans sont ajustées au premier montage. Pour la stabilité et si le sol le permet le bâton peut être planté en terre, sinon avec 2 sardines ou 2 pierres c’est bien.

Essais et modifications

A dire vrai au départ je n’avais prévu que le zip pour l’ouverture transversale, mais pour entrer et sortir du sac il fallait trop se tortiller, ainsi j’ai ajouté un zip longitudinal de 1m au niveau de la jonction fond/cuben avec le dessus/event. Sur le coté droit, oui je suis comme cela.

L’aération au pied fonctionne parfaitement. Elle est alimentée en se tournant et retournant. Jusqu’à présent je n’ai jamais eu de duvet mouillé.

Le gros problème qui est apparu, ce fut en cas de pluie et humidité continue. La membrane de l’event se ramollit dans ces cas là, et le collage du cuben avec le tape 3m ne se fait plus aussi fort, si bien qu’il est arrivé que le fond en cuvette se décolle du dessus en event, malgré tous les renforts aux points de tension. C’est pourquoi j’ai du coudre à la main à gros points tout le pourtour du bivisack au niveau de cette jonction. Pas facile avec l’adhésif du tape que colle à l’aiguille. Mais par la suite je n’ai eu aucun décollement, et même l’adhésif du tape en se soudant au fil a permis de conserver l’étanchéité. Étanchéité complétée avec du silicone dilué.

Le sac a dos et les chaussures quand ils sont bien disposés sont suffisants pour donner du volume au niveau de la fenêtre en mesh et ne pas être claustro, si bien qu’il est inutile d’avoir à poser des haubans.
 
Une séparation en cuben, avec bride de la hauteur de la cuvette, pour retenir le matelas et le séparer de cet espace où sont les chaussures et le sac à dos s’est révélée plus pratique pour rouler et dérouler le système de couchage. Tout reste en place et il n’y a qu’à gonfler ou dégonfler le matelas. Cerise sur le gâteau, s’il a plu et si de l’eau malgré tout a réussi à entrer, elle reste confinée dans cet espace et ne peut venir mouiller le couchage. Cela je l’ai vérifié.

Conclusion

Ce bibisack fait 360gr, il est plus lourd que beaucoup de sursacks, mais c’est un abri complet, donnant une totale protection aussi bien en urbain qu’en chemin. Mais c’est moins lourd qu’un tarp, plus les sardines, plus la protection de sol, plus le sursac, dont l’ensemble peut faire facilement plus de 600g, donc plus même que mon MiniTipi qui est une tente complète.
Ce Bivisack est aussi utile si l’on part sans bâton de marche, Et c’est surtout la garantie sans beaucoup de volume et à peu de poids d’être totalement autonome et à pas cher, moins de 100€.
J’ai récemment « fait » le Camino Primitivo » d’Oviedo à Lugo, et bien je peux dire que mon BIBI SAC n’a pas laissé plus d’un indifférent. C’est pourquoi je fait cet article, avec retard certes, beaucoup de retard même. Sorry Amigos, lo siento mucho.

Une réflexion sur “Bibi Sac Mayake, mon Bivi Sack

  1. Je ferais la suite un jour avec fotos pour l’installation de l’imper Haglofs LIM jacket comme protection pluie, vous allez voir C’EST BLUFFANT !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s