Montenegro Albanie Kosovo – PoB étape 4

plateau de Lumbardhit, Milicevic puis Roshkodol et enfin Doberdöl
plateau de Lumbardhit, Milicevic puis Roshkodol et enfin Doberdöl

du plateau de Lumbardhit à Milicevic puis Doberol
PoB Etape 4c

Ayayaille! Que les réveils sont durs. Remballage dans le brouillard. D’ailleurs il est partout ce matin, les méninges, les monts et les vaux à l’entour et c’est bien mouillé aussi. Cette journée va t’ elle être belle. Ce soir c’est l’Albanie si tout se passe bien. Et pour l’instant c’est du Kosovo, bof.
J’ai changé les piles ce matin de l’appareil photo, ce n’est qu’après de nombreux jours je m’aperçus que la date était paramétrée pour apparaître et que pire il fallait la remettre à jour après chaque changement. Soit j’aurais des photos avec une belle date jaune en bas à droite et beaucoup seront prises le premier janvier 2015. J’entends les puristes gueuler, mais rien ni fera advienne que pourra.

tintin et le sceptre d'ottokarLe col au sortir de la cuvette  après être passé au travers des quelques arbres qui ont du mal à pousser. Vue sur la vallée de Milicevic, le village est à gauche toute, coincé dans l’épaulement des 2 Majas, la dirt road au fond de la vallée. Le soleil naissant a du mal à épousseter tous les amas de brume, par en dessous il passe des rayons dorés. La descente est gentille dans un alpage sillonné de chemins de vache. Pas beaucoup de possibilité de se tromper, suivre la bonne direction, éviter des amas rocheux, deviner où il faut passer quelques escarpements. Le village se réveille, à peine quelques bruits, quelques aboiements de patous yougos qui m’ont vu, silhouette trébuchante sur le versant en face d’eux, quelques hommes reviennent avec leurs laitières pour la traite.

Au village je ne m’arrête pas. A sa sortie, une source dont la fontaine est toute neuve, je change l’eau et lave les poches, et en profite pour balancer ma poubelle dans le tonneau peint pour cela. Un vieux me regarde du chemin sans circonspection, il ne m’a pas dit un mot, du mal sans doute à décoller le râtelier, ses génisses se barrent du chemin sans qu’il ne les voit.

La route suit pépère son chemin jusqu’à Roshkodol. Un hameau qui fut le théâtre d’une avalanche ou d’une crue brutale, chalets éventrés et troncs enchevêtrés, de belles fermettes en construction traditionnelle, un raccourci pour éviter une boucle trop longue, une ghest house en devenir ou qui affiche des promesses, son drapeau flotte Albanais, la route qui vient de Decani est guère moins pierreuse, une maison forestière pour la pause et le petit dèje, un gué où deux mecs fabriquent un pont à l’aide de troncs et de planches découpés à la tronçonneuse, et rapidement voici le village de Roshkodol, des baraques neuves, des résidences secondaires beaucoup, une voiture immatriculée France le mec n’en n’a pas la gueule il ne s’arrête pas, cela sent le bon pognon dans ce coin. Tout là haut c’est le sentier de frontière de Ravno Brdo, plus en continuant la vallée c’est vers l’Albanie. IMG_1261a Col Roshkodoli Vue sur Maja Madhe

La vallée devient rapidement encaissée, une avalanche à tout bouché et broyé avec des troncs d’épicea plumés comme des allumettes, je traverse sur une épaisse couche de neige tassée, c’est là mon erreur. Il fallait continuer sur la rive droite et monter l’escarpement pour atteindre les prés en haut et longer de haut. Cela ne fait rien des vaches sont passées par là, quelques herbages sur cette gauche, qui sont vite barrés par des branches pour les empêcher de repasser, en effet il y a quelques escarpements mais rien de méchant, j’atteins les alpages malgré tout, je retraverse le torrent et rejoint la voie normale. C’est beau, très beau cette vallée. Un grand éventail, des sources partout. Puis c’est le premier col. On y croise le sentier de frontière qui va à Ravno Brdo, un petit groupe de randonneurs y vont d’ailleurs, ils marchent bien. Je continue par où ils sont venus. Les nouvelles vallées Kosovares que je découvrent sont toutes aussi belles. Je me casse franchement bien la gueule dans les pierriers en bas du Maja Madhe, c’était écrit quelque part, je l’avais lu que c’était un peu merdique. Merde j’ai abimé ma doudoune hyperlégère en Coreloft bien chaud, pas bien chère en plus une occaze, au coude cela ne se voit pas trop, c’est réparable, heureusement je l’aime beaucoup la doudoune.

IMG_1263 Col Maja Madhe Chien Berger YougoJe continue, un berger avec une trentaine de brebis et deux patous non obéissants, le mec est en ciré de publicité en plastique jaune, il a le calot les mi-bottes et les moustaches comme sur une vieille photo de brigands du Kosovo, sa main est spontanée franche et bien calleuse, comme pour s’excuser de ses deux clébards gueulards. Je continue et disparait à la vue des clebs. Le deuxième col, je m’éloigne et réapparait à leur vue, ils ont l’œil ils m’ont repérés, ils se remettent à gueuler, je hurle comme à la mort, comme le loup, ils deviennent fous, je m’en fous je suis trop loin. Je me marre, je me barre, gare aux hikers qui vont suivre, ils vont se faire découper des guiboles.

C’est un long et magnifique chemin de crête, plus ou moins une route militaire du temps de Tito, on domine les deux cotés Kosovars et Monténégrin et cela va encore plus loin. J’essaie de me connecter, cela faisait deux jours de noir et l’humidité n’avait rien arrangé dans les contacts du mobile. Le signal est faible, treize minutes de conversation qui font du bien, à l’arrivée je constaterai que cela cela fit une petite trentaine d’Euros.

J’ai loupé la connexion du chemin qui va au Gjervica, pas grave, de toute façon je n’avais pas trop envie d’y aller, ni trop les jambes-la petite bronchite, et de loin il est tout dans les nuages, alors à quoi bon. Et puis c’est le dernier col, pour Doberdol. Dommage, c’était si beau et une si belle lumière, mais ce n’est pas fini. Je musarde autour d’un grand névé, en travers du tracé, dur comme de la glace gercée, gare à ne pas tomber et chuter dessus, c’est 50m de toboggan qui t’éjectent dans les rochers. Une belle flore comme à tous les cols, de l’autre coté c’est le grand alpage des estives et la sorte de village de Doberdol, cela signifie la fin de la journée, c’est 400m à descendre à pic dans l’herbe. C’est bougrement impressionnant.

Les premières bergeries, les bergers qui ont sorti leur bêtes après la traite ou qui les font rentrer pour cela. Un peu plus loin, un panneau jaune planté sur un plat au milieu de nulle part, les petites silhouettes de deux randonneurs qui discutent autour puis qui s’en vont du coté opposé à celui d’où je viens. Le GPS donne l’emplacement de la GH ou de l’une d’elle, par la suite je me rend compte que beaucoup de bergeries font des constructions annexes pour mettre à profit la venue de nous, touristes.

Un berger la tête qui dépasse à peine de son enclos, se déhanche pour m’indiquer en contrebas où est exactement la GH. Je n’ai pas eu besoin de lui demander quoi que ce soit. Faleminderit, merci en Albanais, j’apprendrai rapidement à le dire, ils sont tellement gentils. C’est fermé, rien ne la distingue d’un autre bâtiment, hormis une pauvre table et un banc en planches mal équarries, je frappe la porte faite des mêmes planches, du noir la tête ébouriffée de Manol émerge, il devait roupiller dans les paillasses. C’est un jeune mec, l’ainé de la famille chargé de gérer l’affaire, il apprend mal un peu d’anglais pour le faire. Il est plein de bonne volonté. Je suis parti de Milicevic. Oui je connais bien, on a de la famille là-bas. J’ai même fait l’Aller-retour dans la journée. Oui, mais toi tu as vingt ans et tu n’avais rien à porter. La discussion ne peut s’alimenter beaucoup.

IMG_1280 doberdol GH intérieurL’habitation familiale est à peine plus en bas, la cheminée fume fort. Comme tout le monde sait rapidement que le touriste est français, le mot se passe et je vois arriver une jeune femme en softshell violet, la couleur de l’une des silhouette vues précédemment. Elle est Française, on vient de lui dire que je l’étais, elle est avec son mec lui est  Allemand, ils vivent en Suisse. Ils préfèrent bivouaquer, ils sont un peu plus haut. Puis le mec finira par descendre.

Un fourneau est allumé dans la partie salle à manger de la bergerie, il ne chauffera bien que quand j’aurai fini le souper. Les Franco-Allemands viendront aussi s’y pelotonner, il fait froid ce soir surtout parce que l’on est pas mal haut. Le patriarche avait vu que je grelottais et il a engueulé Manol son petit fils de ne pas l’avoir vu et de n’avoir rien fait, il s’en excuse auprès de moi. Puis le père de Manol arrive. On essaye un peu tous de parler et de se comprendre,IMG_1282 doberdol GH intérieur pas évident, le fourneau ronfle doucement, c’est le principal. Une batterie de voiture alimentée par une petite plaque photovoltaïque fait la lumière, une faible ampoule halogène basse tension. Je craque assez rapidement, Bonsoir tout le monde, excusez moi. Je vais à ma paillasse. La partie dortoir est la plus grande, une dizaine de places, de lourdes couvertures partout, une seule ampoule je me mets dessous. Je me réchauffe rapidement, et la soupe m’a fait du bien.

C’est fini le Kosovo, j’ai comme gros au cœur, en Albanie, je suis en Albanie, Tintin et le sceptre d’ottokar, j’y suis enfin mais cela s’appelait la Syldavie. En fin de compte cette journée c’est la plus belle du Kosovo. Il faudrait dès le col Ravno Brdo passé, et à la hauteur de Maja Bajrakut par exemple descendre dans la vallée de Roshkodol et ne pas continuer vers la Rugova. C’est surement faisable, les pentes ne sont pas escarpées à cet endroit, du moins je le crois.

Mirupafshim !

oui – po, non – jo, salut ! – tungjatjta ! bonjour – mirëdita, merci – të falem derit, au revoir – miru pafshim, excusez-moi – na falni, s’il vous plaît – ju lutem


4 réflexions sur “Montenegro Albanie Kosovo – PoB étape 4

  1. Simplement pour préciser que je doute que tu aies vu des patous, car le chien de berger originaire est le sarplaninac. C’est pas les pyrénées..

  2. Salut, évidement, bien sur, mais c’est pour la compréhension et le rythme du texte. Merci quand même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s